voeux-2018-greeting

janvier 25, 2018

En 2018, trouvez le bon passage avec…

Trouvez le bon passage n’est pas toujours simple. Avec un peu d’imagination les solutions viennent plus vite.

Avec les topos-guides Editions Constant et les manuels techniques Mountain Essentials, vous voilà parés pour construire vos prochaines explorations dans les Alpes et dans les Ecrins. Plein de judicieux conseils et une vision renouvelée de la montagne telle quelle est aujourd’hui avec le retrait glaciaire et les évolutions climatiques.

Une longue arête au long court dans les Ecrins. Ca vous tente ? Ca vous rappelle pas une aventure à la Daudet ? Non, pas Alphonse, mais Lionel Daudet, qui ne fonce pas moins pour cheminer dans les endroits les plus improbables.

De leur côté Youenn et Volodia, nos aventuriers et explorateurs en herbe attitrés,  ont commencé à dessiner les contours de leur prochain trip.

Un trip en boucle qui part de la maison à l’Argentière-la Bessée et revient au point de départ : une longue vallée à remonter pour rejoindre une série d’arêtes à chevaucher avant d’arriver au sommet (un sommet des Ecrins of course). Puis la descente sur le glacier (le glacier Blanc), un canyon à suivre (celui du Frounel) qui conduit sur un lac (Serre Ponçon) qu’il faudra traverser. Et un retour au point de départ tout à fait original : en skateboard. Bref un grand tour dans les Ecrins. Tout un programme à faire pâlir ce bon vieux Dod avec à sa Sky Line des Ecrins, son tour des Hautes-Alpes puis de la France. Je me demande s’ils ne filent pas un mauvais coton à vouloir s’inspirer des explorations peu orthodoxes de Monsieur Dod ?

Tout commence donc Par une Via Ferrata dans la Durance pour rejoindre la longue arête qu’ils ont imaginé parcourir. Les voici encordés, mais qui est le premier de cordée, celui qui est devant ou celui qui assure la sécu derrière ?

Youenn et Volodia dans la Via Ferrata des Gorges de la Durance, première partie de leur projet.

Puis vient le temps des bivouacs, avec plus ou moins de confort. Ici « Bivouac sur la vire » ; ça pourrait être le titre d’une des chroniques du lundi matin de Cédric Sapin-Defour (Oui car le lundi c’est sur le site d’Alpine Mag c’est croissants et « Defour »)

« Bivouac sur la vire », la dernière chronique du croquignolesque Cédric Sapin-Defour qui a suivi de façon malicieuse de trip de nos aventuriers : un reporter au coeur de l’action !

Puis les arêtes se sont rapprochées. Le ciel aussi, offrant des teintes bleues incroyables que l’on ne trouve que dans les Ecrins…

Notre cordée d’acrobates

A cette belle image de la cordée en marche… avec le second qui suit, ou surveille les boulettes du leader. Des rôles interchangeables, où chacun veille sur l’autre.

Encordées sur le fil des arêtes, en équilibre, il faut parfois s’entraider, faire preuve de patience et aider l’autre : bref le quotidien du montagnard qui est dans le partage de l’expérience.

Bien sûr, après le sommet, un long glacier tortueux fait suite. Et la cordée de nos explorateurs,  ne veut pas se retrouver au fond d’une impasse, ou d’une crevasse. Il leur faut jouer de ruse et d’adresse pour déjouer les pièges. Anticiper, s’avancer avec prudence et patience pour trouver le bon passage…

Crevasse bien ouverte sur le glacier Blanc – Massif des Ecrins. Ca passe encore ou c’est l’impasse ?

Puis à la sortie du glacier, le sentier les mène en vallée avant de disparaître dans la forêt. Il leur reste à se frayer un chemin au travers des arbres et des arbustes de long du rivage pour atteindre le canyon à parcourir.

Trouver le bon chemin pour rejoindre le canyon du Fournel, surtout lorsqu’il n’y en a pas, c’est faire preuve d’imagination, d’implication et de curiosité. Pour sûr ces deux là ne manquent pas. Leurs engins flottant non plus.

Le canyon se jetant dans la Durance, puis dans un lac, c’est à la voile que nos pirates ont décidé de traverser le lac des « serpents » (celui de Serre-Ponçon of course).

Zigomar, toujours aussi fringant avec ses 36 ans au compteur et ses pointes à 13 noeuds dans les surfs endiablés du lac (l’océan des petits marins). Youenn, sabre à la main est prêt à décapiter un éventuel prédateur trop gourmant.

Puis il reste le retour aux bercailles pour remontr à l’Argentière-la-Bessée. Et devinez le moyen de locomotion qu’ils ont choisi ?

Le VTT, comme Dod ? Et bien non. C’est has been. Il ont choisi le skateboard et pas le moindre : avec un Santa Cruz, ça cruise…

Eh ! Dod t’as pas expérimenté ce moyen de locomotion ?

Et les voilà de retour à la maison exhibant fièrement leur moyen de locomotion.

Voilà c’est fini. Vous pouvez reprendre une activité « normale » et continuer à donner vie à vos rêves les plus chers.
Je vous souhaite d’aimer l’enfant qui vibre probablement encore en vous… et de l’enlacer avec la plus grande bienveillance
Si vous avez un rêve qui vous tient à cœur, ne lâchez pas ce trésor trop vite! et n’oubliez pas de la nourrir, de l’arroser.

Seb, Volodia, Youenn, Gaëlle

 

Et puis en Bonus, pour continuer à chercher et à trouver le Bon Passage dans le monde des rêves, une des dernières créations de mon Copain PEDRO PEINTURE (à retrouver sur sa page facebook, ou sur what’sapp). Recueil « I had a Deam »  :

Armstrong continue d’arroser et de nourrir ses rêves… Il a trouvé un passage assez ténu, mais il l’a fait. © Pedro Peinture

 

Comments are closed.